Témoignages clients

Ils nous font confiance
Important : Le CFP est tenu au secret professionnel dans le cadre de son activité.
De ce fait il s’engage et respecte la confidentialité pour ses clients.
les témoignages ci-dessous sont tous réels et issus d’expériences concrètes.

Une entreprise de services :

«Nous travaillons avec le CFP depuis 2012 dans le but de récupérer le cash plus rapidement.

Je gère seul la relance client au sein de l’entreprise ce qui concerne environ cinquante clients par mois.

J’ai besoin de l’aide CFP sur des cas difficiles, une dizaine chaque mois, dont je ne peux pas assurer le recouvrement.

En cela, le CFP est un complément au travail que j’effectue en interne.

Je suis satisfait du travail ainsi que du suivi fourni par le CFP qui me permet de suivre les résultats de recouvrement sur les dossiers qui leur sont confiés».

Une entreprise de distribution:

“Nous sommes spécialistes du commerce inter-entreprises de produits pharmaceutiques. Le service recouvrement emploie actuellement deux personnes qui gèrent le portefeuille de plus de 1000 clients. Le travail des deux chargés de recouvrement permet de recouvrer la plupart des créances en retard ou impayées, mais certaines créances dépassent parfois 2 ans d’ancienneté, nommées « bad debt ». Ces créances anciennes sont extrêmement délicates à recouvrer, et c’est donc pour ces cas difficiles que nous avons décidé de faire appel au CFP pour environ 50 dossiers par an.

Mais au fur et à mesure de notre collaboration avec le CFP celle-ci a évolué vers une aide plus générale à la gestion du poste clients. En effet avons souscrit à un service de relance après échéance en marque blanche, ce qui permet une qualification de notre portefeuille clients et ainsi un gain de temps considérable.

Nos chargés de recouvrement sont directement en contact avec le CFP pour le suivi des dossiers. Il sont donc informés des actions entreprises et des résultats obtenus, et ainsi directement l’impact sur ses KPI : DSO et montant des factures échues notamment.

Les résultats obtenus ainsi que la qualité du suivi par les équipes métiers et commerciales sont appréciées par ce client. La rentabilité du processus est largement démontrée.”

Un groupe industriel :

« Nous travaillons avec le CFP depuis 2013, dans le but de récupérer le cash plus rapidement, et ce partenariat s’étend à toutes les sociétés de notre groupe.

Nous traitons entre 2000 et 2500 factures chaque mois, et ce volume important explique pourquoi nous avons besoin de l’aide du CFP pour recouvrer chaque mois entre 100 et 150 factures. Nous avons de plus exceptionnellement fait appel au CFP pour une mission de relance téléphonique en notre nom.

Notre collaboration nous a d’abord permis de réduire notre DSO jusqu’à un certain point en nettoyant notre balance âgée. Nous avons depuis avril 2017 une personne chargée du recouvrement au sein du groupe en complément, et nous envisageons de travailler prochainement sur une plateforme de cash-management pour nous aider dans la relance et dans notre collaboration avec le CFP. »

Un organisme de formation :

« Nous travaillons avec le CFP depuis 2013, dans le but de récupérer le cash plus rapidement.

Je m’occupe de la relance client au sein de l’entreprise, ce qui me permet de faire un point sur tous les dossiers quand la fin d’année approche. C’est à ce moment que je repère les créances difficiles, non recouvrées malgré notre processus de relance, et que je les transmets au CFP dont l’expertise vient en complément de mon travail.

Je suis plus que satisfait des résultats sur les dossiers concernant les deux années précédentes compte tenu des sommes qui ont été recouvrées.

Enfin la relation commerciale est essentielle pour moi et je tiens à donc à rencontrer le CFP pour faire des points et identifier des axes d’amélioration. J’ai notamment pu le faire en visitant leurs locaux, ce qui m’a aussi permis de rencontrer l’équipe »

Une entreprise d’évènementiel :

« Nous travaillons avec le CFP depuis 2010, dans le but de récupérer le cash plus rapidement et d’améliorer la productivité des équipes de recouvrement.

Nous ne possédons pas de service recouvrement à proprement parler, c’est pourquoi nous avons souhaité faire appel au CFP qui travaillait déjà avec une société de notre groupe. Trois personnes de l’administration des ventes s’occupent d’une partie de la relance client, et passent le relais au CFP après un certain temps ou pour des créances problématiques.

Les évolutions récentes de l’extranet CFP répondent à notre envie de voir la navigation facilitée, notamment grâce à la possibilité de rechercher un dossier par nom et une plus grande visibilité de l’état des dossiers »

Une prestataire de services spécialisés :

« Nous travaillons avec le CFP depuis 2016, dans le but de récupérer le cash plus rapidement.

Nous avons un processus interne en ce qui concerne la gestion du poste client : Nous avons un outil de scoring, puis nous sommes deux à faire de la relance client.

Mais ce processus s’épuise après un certain temps. Sur les 400 factures, environ, qui sont échues à la fin de chaque mois, une cinquantaine est à plus de 90 jours et est donc beaucoup plus difficile à recouvrer. De plus, ces factures appartiennent souvent à des clients que nous connaissons très bien et pour qui le recouvrement est souvent plus compliqué.

Nous faisons donc principalement appel au CFP en complément pour ces cas difficiles : L’expertise et le passage de relais impliqués par le CFP donnent de bons résultats. Nous avons par exemple observé une diminution de 30% d’indicateurs clefs comme le DSO pour ces factures à plus de 90 jours. »

Vous souhaitez nous faire part de votre problèmatique ?

Demandez un rendez-vous téléphonique gratuit avec un conseiller
  • Les chances de recouvrer une créance s’amenuisent considérablement avec le temps : 75% de chances trois mois après échéance, et ce chiffre tombe à moins de 20% après un an

    (FIGEC)
  • 90% des sommes recouvrées par les professionnels le sont à l’amiable, pour un coût cinq fois inférieur au recouvrement judiciaire

    (FIGEC)
  • En cas d’impayés, , près de 9 entreprises sur 10 sont en réalité solvables

    (FIGEC)
  • 57% des entreprises françaises ne respectent pas les délais de paiement.

    (Étude du comportement de paiement des entreprises françaises, S1 2017, ALTARES)
  • En France le crédit inter-entreprises représente plus de 635 milliards d’€, soit cinq fois le montant total des crédits court-terme accordés par les institutions financières.

    (Thierry Millon, directeur des études altares)